OPPENHEIM Joseph

Né le 29 avril 1850 à Imling (Moselle, Lorraine) ; célibataire ; lithographe. En 1868, il fit un congé au 25e régiment de ligne. En 1870, il quitta l’armée des Vosges, devint lieutenant des Francs-Tireurs d’Oran et chef de la place d’Autun. Il fut condamné, le 27 avril 1872, par le 7e conseil de guerre, à la déportation simple pour faits insurrectionnels. Il ne renia pas ses actes — sans pourtant s’en glorifier. Le 30 janvier 1877, sa peine lui fut remise, mais avec obligation de résidence en Nouvelle-Calédonie ; il obtint cependant, le 7 juillet 1878, l’autorisation de se rendre en Australie, puis gagna Londres. En 1883, n’ayant pu obtenir un emploi au ministère des Colonies, il demanda, à cause du climat, à regagner la Nouvelle-Calédonie où il devint commis aux écritures ; pendant sa déportation il avait travaillé huit ans comme chef comptable, à Nouméa.
Se confond-il avec le précédent ?

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article67309, notice OPPENHEIM Joseph , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 juillet 2009.

SOURCES :Arch. Nat., BB 24/827, n° 10473, S 76, et H colonies 94. — Arch. PPo., listes d’amnistiés.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément