WOOG Moïse, Léopold

Né le 12 janvier 1838 à Bligny-sur-Ouche (Côte-d’Or) ; ébéniste, puis typographe.
Membre du Comité central des vingt arrondissements, Woog avec ses amis du Comité central des vingt arrondissements auquel il appartenait, présenta, le 15 septembre, les mesures d’urgence que le gouvernement de la Défense nationale aurait dû, selon les signataires, se hâter « de transformer en décrets pour le salut de la patrie et de la République ». Ces mesures intéressaient la sécurité publique, les subsistances et les logements, la défense de Paris et des départements. Voir Chassin Ch.-L.
Il était alors installé comme ébéniste rue Guy-de-la-Brosse à Paris, Ve arr. Il servit sous la Commune en tant que simple garde au 195e fédéré. Après la défaite, il s’exila en Belgique, où son arrivée à Laeken fut officiellement enregistrée à la date du 12 août 1874. Il semblerait qu’il ait alors trouvé à s’embaucher comme typographe. Après son retour en France, Woog fit partie de la Société fraternelle des anciens Combattants de la Commune fondée en 1889.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article73066, notice WOOG Moïse, Léopold , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 juillet 2009.

SOURCES : F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Les Communards en exil. État de la proscription communaliste à Bruxelles et dans les faubourgs, Bruxelles, 1971. — Notes de M. Cordillot.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément