HAUDELAINE Henri, Maurice [dit Jarlac]

Par Jean-Pierre Besse, Daniel Grason, Gérard Larue

Né le 16 avril 1924 à Paris (Xe arr.), fusillé le 24 mars 1944 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; tourneur sur métaux ; sympathisant communiste ; membre du Groupe spécial d’exécution des FTPF de la région parisienne.

Fils naturel de Joséphine Le Bihan, passementière, domiciliée rue Saint-Maur, et reconnu par le mariage de sa mère avec son père, Maurice Haudelaine, le 21 juin 1924 à la mairie du XXe arrondissement, Henri Haudelaine était titulaire du certificat d’études primaires. Il fit son apprentissage en 1939 dans une entreprise de la métallurgie, rue des Cascades à Paris (XXe arr.), où il rencontra André Durand*. Souvent présenté comme tourneur, il travailla en 1940 comme ouvrier agricole dans la Somme avant de revenir à Paris comme garçon de course et d’entrer à la fin de 1941 comme coursier cycliste au Secours national. Il travailla pour les autorités allemandes sur un chantier de charbonnage, l’entreprise Carl Brandt, à Boran-sur-Oise en mars et avril 1943.
Il habitait officiellement chez ses parents, 3 sentier de la Noue à Bagnolet, mais en fait, sous le nom de Routier, 30 rue Fontaine à Bondy (Seine, Seine-Saint-Denis). Il entra aux Francs-tireurs et partisans (FTP) en mai 1943 par l’intermédiaire de Durand, puis au Groupe spécial en juin, et prit le pseudonyme de Jarlac. Il milita clandestinement notamment avec François Roeckel, Jean Debrais, André Durand*, Roland Cauchy, Jean Camus, Eugène Cas, Paul Quillet, René Morin, Louis Chapiro...
Un temps hébergé par Florentin Clotrier, avec André Durand*, dans le quartier de la Butte-Rouge à Chatenay-Malabry, il participa à la reconnaissance d’objectifs. Il fit équipe avec Durand. En juillet un boudin explosif fut déposé sur une voie ferrée à Étrechy ; le dispositif fonctionna, mais il y avait erreur sur la voie... Bicyclette sur l’épaule, ils furent interpellés par deux gendarmes, il y eut un échange de coups de feu. Après avoir arraché la plaque d’immatriculation, ils abandonnèrent les vélos et prirent le train à Saint-Chéron.
En août, il était dans l’équipe de cinq FTP qui dérobèrent des denrées alimentaires dans un local municipal d’Antony. Le 2 septembre vers 22 heures, ils étaient quatre à guetter la sortie d’un débitant de tabac du Plessis-Robinson, les visages dissimulés sous des bas de femmes. Les revolvers n’intimidèrent pas le buraliste et sa femme qui appelèrent « Au secours ! » L’équipe prit la fuite. Il déroba avec un autre combattant une clef à tire-fond à Fontaine-Michalon sur la ligne de Sceaux.
En septembre, avec d’autres membres de l’organisation, il mit le feu à un hangar qui abritait une batteuse et un stock de blé à Marolles-en-Hurepoix. Quelques jours plus tard, en fin de matinée, ils retournèrent dans la même localité pour reconnaître les abords de la mairie dans la perspective d’une attaque à main armée. Ils furent interpellés par le garde-champêtre vers 11 heures, et n’insistèrent pas.
Haudelaine et Durand changèrent de domicile et furent hébergés à Antony. Le 8 septembre vers 20 h 15, avec Haudelaine en protection, Quillet et Durand lancèrent chacun une grenade à l’intérieur de l’hôtel Carlton, rue Vernet (VIIIe arr.). Le 14 septembre, avec Paul Quillet, dit Arnoux, et Haudelaine, André Durand* devait abattre l’inspecteur de police Paland, du commissariat d’Ivry-sur-Seine. À trois ou quatre mètres de lui, il lui tira dans le dos. Durand fit de même. Ils devaient tirer plusieurs balles, mais les armes s’enrayèrent.
Le 21 septembre vers 20 h 30, Haudelaine et Quillet assuraient la protection de Durand qui se présenta au pavillon de Marius Paquereaux, ex-maire communiste d’Athis-Mons, exclu en 1930, membre du PPF de Doriot. Quand celui-ci ouvrit sa porte, il lui tira deux balles dans le ventre et une dans la tête.
Le 8 octobre, il était dans l’équipe qui tenta de tuer l’inspecteur Barraquin, d’Ivry-sur-Seine ; le 12 le commissaire principal Georges Gautier était abattu à Draveil ; le 23 la mairie de Nogent-sur-Marne était cambriolée ; un fusil-mitrailleur fut pris le même mois ; en novembre le Groupe spécial d’exécution tenta d’éliminer Marcel Bucard, chef du parti franciste.
Henri Haudelaine fut arrêté avec André Durand* le 10 décembre 1943 par des policiers de la BS2, boulevard Mortier (XXe arr.). Il était porteur d’un pistolet automatique 6,35 mm chargé et approvisionné, d’un étui attaché le long d’une jambe et contenant deux chargeurs de cinq cartouches, de deux fausses cartes d’identité au nom de Henri Morel et Henri Routier. Dans son domicile-refuge de Bondy les policiers saisirent trois pistolets automatiques 7,65 mm dont deux en bon état, des cartouches, un poignard, cinq allumeurs pour engins incendiaires, différents bons d’achat, des circulaires ronéotypées sur l’utilisation des explosifs, des engins incendiaires, les déraillements... des codes d’honneur des FTP. Le même jour, plusieurs membres du Groupe spécial (Franz Roeckel, Eugène Cas, Renée Rihet, Suzanne Mairesse) furent aussi interpellés.
Lors de son interrogatoire, il déclara être sympathisant communiste et « avoir été membre, alors qu’il était très jeune, du patronage de la municipalité communiste de Bagnolet ». Il reconnut aussi être le coauteur des actions du Groupe spécial d’exécution.
Henri Haudelaine comparut le 16 mars 1944 devant le tribunal du Gross Paris qui siégeait rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.) et fut condamné à mort pour « actes de franc-tireur ». Il a été passé par les armes le 24 mars 1944 à 15 h 15 au Mont-Valérien en compagnie d’autres membres des Groupes spéciaux : Eugène Cas, René Morin, Franz Roeckel, André Durand* et Paul Quillet.
Son père Maurice, cantonnier à la Ville de Paris, déposa par procès-verbal le 2 mai 1945 dans le cadre des commissions d’épuration de la police. Il porta plainte contre les inspecteurs qui avaient arrêté son fils et contre ceux qui s’étaient livrés à des sévices sur lui.
Le secrétariat général aux Anciens Combattants attribua le 20 novembre 1945 la mention « Mort pour la France » à Henri Haudelaine.

...............................................................

Dernières lettres
 
Fresnes, le 24 mars 1944
 
Mes chers parents,
Ce petit mot est le dernier que vous recevrez de moi ; on vient de m’apprendre que mon recours en grâce était rejeté. Ce sera fini cet après-midi à trois heures. Mes chers parents, je veux vous dire combien je vous ai toujours aimés Vous ne savez pas combien je regrette de vous faire cette dernière peine.
J’aurais voulu vous revoir une dernière fois, mais il est trop tard... Je veux que vous m’oubliez le plus vite que cela vous sera possible, et toi, petite mère que j’ai tant aimée, ne va pas te rendre malade à ne pas t’en relever.
J’espère, cher petit papa, que tu sauras eu prendre soin, et que tu feras tout ton possible pour la consoler.
Avant de partir, je voulais vous dire que je pars sans remords de ce que j’ai fait. J’ai lutté pour mon idéal, je suis resté propre et honnête et je mourrai avec courage. J’aurais voulu vous prévenir de mon arrestation pour que ce coup soit moins rude pour vous. J’ai toujours eu un moral excellent et je n’ai pas souffert de mon séjour en prison.
J’espère que pour vous la santé est bonne et restera bonne, et que ma disparition n- y changera rien. Je voulais aussi vous dire de remercier Monsieur L... et mes amis qui vous ont permis de me voir et me procurer quelques heures de joie.
Je ne vois plus grand’chose à vous dire, chers parents, que ma perte resserre votre union...
Je vous quitte en vous embrassant comme je vous aime.
Votre fils Henri
 
[Sans date]
Petite-sœur chérie,
J’espère que tes progrès à l’école te permettront de lire ce petit mot, malgré cela, je crois que tu seras encore trop jeune pour comprendre.
Ma petite sœur, je t’ai aimée comme moi-même, et de tout mon cœur. Je te revois si mignonne, en train de me taquiner comme une de tes petites camarades. C’est maintenant que je m’aperçois que cela me faisait plaisir.
Aussi, je te demande d’être courageuse comme je le serai, d’éviter de faire crier notre chère petite mère qui nous aime tant. Sois toujours sage et apprends bien à l’école.
J’espère que ni toi, ni Jean, ni même nos chers parents ne m’en voudront de mourir pour un cause juste.
Je te quitte, petite sœur chérie, en t’embrassant tendrement de tout cœur.
Ton frère Henri

.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article73568, notice HAUDELAINE Henri, Maurice [dit Jarlac] par Jean-Pierre Besse, Daniel Grason, Gérard Larue, version mise en ligne le 31 janvier 2010, dernière modification le 17 septembre 2018.

Par Jean-Pierre Besse, Daniel Grason, Gérard Larue

SOURCES : Arch. PPo, BS2 carton 28, 77W 2215, BA 2117, PCF carton 16, rapports hebdomadaires des Renseignements généraux sur l’activité communiste, KB 5, KB 64, KB 90. – DAVCC, Caen, Boîte 5/B VIII 5- Liste S 1744-182/44 (Notes Thomas Pouty). – Notes Jean-Pierre Ravery. – Site Internet Mémoire des Hommes. – Mémorial GenWeb. – Lettres de fusillés, Éditions France d’abord, 1946, p. 114-116 (nom orthographié par erreur Haudeleine). — État civil, Paris (XXe arr.).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément