Né le 1er janvier 1898 à Miskin, Mid-Glamorganshire ; mort le 18 janvier 1969 à Londres (Enfield) ; dirigeant coopérateur.

« Jack » Bailey est né dans une famille nombreuse de mineurs gallois. Il a douze ans lorsqu’il quitte l’école et après quelques mois, il descend à la mine avec son père. Mais un accident l’oblige, en 1915, à travailler en surface. Il s’engage alors dans l’armée l’année suivante et mène la vie du combattant dans les tranchées (il reviendra de France gazé pour la vie).
La famille de Jack Bailey appartenait au méthodisme v.esleyen : comme son père, le jeune homme se fait prédicateur laïque. Tenté par le ministère, il opte cependant pour la politique. Déjà acquis aux idées socialistes, il obtient en 1921 une bourse de deux ans pour le Central Labour College, où il est le condisciple d’Aneurin Bevan* et de Jim Griffiths*.
Bailey quitte le pays de Galles pour le Yorkshire en 1925. Il vient en effet d’être nommé permanent du parti coopérateur, en tant que secrétaire politique du secteur de Bradford. Désormais, il se consacre tout entier à la cause de la coopération et plus particulièrement à celle du parti, le Co-operative Party, dont il devient organisateur à l’échelon national en 1936. Il s’installe alors dans la banlieue londonienne (sa femme et lui sont très actifs, sur le plan local, à Enfield) et en 1942, il succède à S.F. Perry comme secrétaire national du parti.
Pendant vingt ans, Bailey va assumer la responsabilité du Co-operative Party. C’est sur lui que reposent pour une large part les relations complexes et parfois difficiles des coopérateurs avec le Labour Party, et lui-même met son talent de négociateur et de tacticien au service de son parti. Il lui fournit quantité d’idées neuves et de perspectives originales. Lui qui aime écrire, il accumule une production volumineuse sur toutes les questions touchant à la coopération. Sur le plan de la parole il combine l’éloquence celte avec le sens diplomatique dans les négociations. À l’âge de soixante-quatre ans, il se retire de la vie politique ; peu après, il est fait chevalier (1965).

ŒUVRE : The British Co-operative Movement (Le mouvement coopérateur en Grande-Bretagne), Londres, 1955, 2e édition, 1960. — Co-operation and Modem Socialism (La coopération dans le socialisme contemporain), Leicester, 1957. Pour la liste des écrits de Bailey dans les périodiques et de ses brochures, cf. J. Bellamy et J. Saville (éd.), Dictionary of Labour Biography, t. II, p. 29.

BIBLIOGRAPHIE : G.D.H. Cole, The British Co-operative Movement in a Socialist Society, Londres, 1951. — A. Bonner, British Co-operation, Manchester, 1961, 2e édition, 1970. — G.W. Rhodes, Co-operative-Labour Relations, 1900-1962, Co-operative College Papers, n° 8, Loughborough, 1962. — Who was Who, 1961-1970. — T.F. Carbery, Consumers in Politics : a history and general review of the Co-operative Party, Manchester, 1969. — S. Pollard, « The Foundation of the Co-operative Party », in Essays in Labour History, vol. 2 : 1886-1923, éd. A. Briggs et J. Saville, Londres, 1971. — J. Bellamy et J. Saville (éd.), Dictionary of Labour Biography, t. II.

Version imprimable de cet article Version imprimable