GIRARD Antoinette [née VERGNION Antoinette]

Par Jacques Girault

Née le 23 août 1900 à Dompierre-sur-Besbre (Allier), morte le 11 février 1985 à Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône) ; institutrice ; militante communiste puis socialiste dans la Loire et le Rhône ; conseillère municipale de Saint-Étienne (Loire).

Fille de domestiques devenus jardiniers, Antoinette Vergnion reçut les premiers sacrements catholiques. Élève de l’École normale d’institutrices (1916-1919), elle épousa religieusement Victor Girard, instituteur, en septembre 1922 à Saint-Etienne. Le couple eut deux enfants qui ne reçurent pas de sacrements. Ils enseignèrent successivement à Montchal (1922-1926), à Fraisses-Unieux (1926-1930), à Firminy (1931-1932), puis à Saint-Étienne.

Avec son mari, militant syndicaliste, proche des analyses de La Révolution prolétarienne, Antoinette Girard, secrétaire du syndicat dans le canton de Firminy, fut déléguée au conseil syndical. En relations avec la Fédération d’action laïque des oeuvres postscolaires, elle milita dans les organisations féminines et d’éducation populaire. Encouragée par la municipalité de Firminy, elle prit part à la création du comité de parrainage des enfants victimes de la guerre et du fascisme dont elle fut la co-secrétaire. Elle participa aux différentes oeuvres de solidarité de l’enseignement public et fut déléguée au congrès national du Syndicat national des instituteurs à Paris en 1937. Elle militait aussi dans les Combattants de la Paix, organisation influencée par Léon Emery*.

Antoinette Girard adhéra au Parti socialiste SFIO en 1934 et le quitta au moment du congrès de Royan en 1938, en raison de divergences sur la guerre d’Espagne.

Après la guerre, avec son mari, Antoinette Girard adhéra au Parti communiste français et milita dans la tendance « Unité et Action » du Syndicat national des instituteurs. Elle militait dans les organisations laïques. Membre active du Mouvement de la Paix, elle fut élue conseillère municipale de Saint-Etienne en octobre 1947 sur la liste communiste conduite de Claudius Buard. Réélue en 1953 sur la liste communiste conduite par Michel Olagnier*, elle démissionna le 27 juin 1957. Elle quitta le PCF en 1965 et adhéra en 1969 au parti qui devint le Parti socialiste.

Retraitée, Antoinette Girard, qui habitait Lyon, fut enterrée civilement.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article75454, notice GIRARD Antoinette [née VERGNION Antoinette] par Jacques Girault, version mise en ligne le 12 décembre 2009, dernière modification le 15 juin 2010.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Notice des époux Girard par J. Girault dans le DBMOF (1914-1939). — Notes de Jean-Michel Steiner. – Renseignements fournis par l’intéressée en 1976 et par son fils.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément