GRILLOT François

Par Jean-Pierre Besse

Né le 23 juin 1901 à Curgy (Saône-et-Loire), mort le 27 juin 1972 à Dijon (Côte-d’Or) ; cheminot ; militant communiste de Côte d’Or ; résistant FTP, interrégional de l’Inter 28 (Marne, Aube, Yonne, Côte-d’Or, Saône-et-Loire).

François Grillot naquit au lieu dit Nanteuil à Curgy (Saône-et-Loire), son père était décédé peu avant, sa mère, âgée de trente-six ans, était sans profession.

Cheminot à Dijon, il était chef de brigade d’ouvriers de 2e classe au dépôt de Dijon-Perrigny, il militait au Parti communiste. Après la défaite il participa à la reconstitution clandestine du PC. Menacé d’arrestation, il passa en novembre 1941 dans la clandestinité et participa à plusieurs actions de sabotage en particulier au dépôt de Perrigny.

Le 20 novembre 1942, recherché par les autorités allemandes, il dut quitter la Côte d’Or et devint membre de l’État major FTP de l’Yonne, sous le pseudonyme de Germain. Il dirigea ou organisa plusieurs sabotages à Migennes. Il y demeura jusqu’au 30 avril 1943.

À cette date il fut promu dans la Marne et le 9 décembre 1943 devint interrégional pour l’interrégion 28 qui regroupait les départements de l’Aube, de la Marne, de la Côte-d’Or, de l’Yonne et de la Saône-et-Loire. Il agissait surtout dans l’Aube, toujours sous le pseudonyme de Germain.
Il fut homologué capitaine FFI et reçut en juillet 1946 la Légion d’honneur.

Après la guerre, il fut quelque temps chef de bureau aux FFCI à Dijon puis reprit son travail à la SNCF. Il fut l’un des dirigeants de l’orphelinat national de la SNCF.

Marié, père d’un enfant, il était domicilié, en 1956, 13 rue de l’Arquebuse à Dijon. Lors de son décès, il était vice président de l’ANACR de Côte-d’Or.
Il avait reçu la Médaille de la résistance ej juillet 1946 et avait été élevé au grade de Chevalier de la Légion d’honneur le 22 juillet 1946.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article75472, notice GRILLOT François par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 14 décembre 2009, dernière modification le 19 avril 2012.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES : Arch. ONAC de la Côte d’Or.— Archives de la SNCF, 0118LM0055-001.— Le journal de la Résistance, octobre-novembre 1972.— État civil. —Renseignements fournis par Joël Drogland et Jean-Pierre Husson.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément