QUARTON Léon, Camille

Par Michèle Rault

Né le 15 septembre 1891 à Laroche-Saint-Cydroine (Yonne) ; cheminot ; syndicaliste CGT de Laroche-Migennes ; résistant ; déporté.

Fils d’un charpentier en bateau, Léon Quarton entra en 1925 à la Compagnie générale de navigation de Migennes pour y faire son apprentissage d’ouvrier charpentier en bateau. L’année suivante, il adhéra aux Jeunesses communistes et au syndicat CGTU de la Batellerie. En 1936, Léon Quarton entra au dépôt ferroviaire de Laroche-Migennes et adhéra au syndicat CGT des cheminots. Il fut pendant quelques mois secrétaire de l’Union locale des syndicats CGT. Il fut également l’un des responsables locaux en 1937-1938 du mouvement Amsterdam-Pleyel.
Mobilisé le 2 octobre 1939, Léon Quarton revint après sa démobilisation à Migennes. Mis en résidence surveillée, il prit contact avec la résistance cheminote, rejoignit le Front national et les FTPF. Arrêté le 20 octobre 1943, il fut interné à Auxerre puis déporté aux camps de Natzweiler-Struthof (Vosges), de Gross-Rosen et à la centrale de Brieg (Allemagne).

Libéré le 11 avril 1945, Léon Quarton fut rapatrié le 8 mai 1945 et ne reprit son travail à la SNCF qu’au début de 1947. Il milita alors à la FNDIRP dont il fut un responsable local jusque dans les années quatre-vingt.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article7823, notice QUARTON Léon, Camille par Michèle Rault, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 7 février 2016.

Par Michèle Rault

SOURCES : Le Travailleur, 12 septembre 1936. — Témoignage de l’intéressé. — Robert Loffroy, Souvenirs de guerre (1939-1945), tapuscrit, p. 149.

Version imprimable Signaler un complément