QUÉRÉ André, Émile

Né le 28 février 1894 à Marly-le-Roi (Seine-et-Oise, Yvelines), mort le 19 novembre 1958 à Saumur (Maine-et-Loire) ; électricien aux chemins de fer ; militant communiste ; syndicaliste CGTU ; secrétaire du comité antifasciste d’Angoulême (Charente).

Fils d’un terrassier et d’une journalière, André Quéré était électricien aux chemins de fer de l’État à la gare d’Angoulême (Charente). Membre du Parti communiste, il militait à l’Union départementale CGTU. Il intervint le 15 avril 1923 au congrès de l’UD qui se tint à la Bourse du Travail d’Angoulême et élut Charles Chatenet* secrétaire général. André Quéré lui succéda en 1924 et 1925 puis devint en 1926 le secrétaire adjoint de Charles Doucet* à la 14e Union régionale unitaire (Charente, Vienne et arrondissements de Niort et de Melle, Deux-Sèvres). Il représenta l’UD au comité confédéral national de janvier 1926.
André Quéré avait signé en octobre 1925 la lettre au Comité exécutif de l’Internationale communiste, dite Lettre des « 250 », qui critiquait l’application de la « bolchevisation » par la direction du Parti communiste.
Lorsqu’au congrès des trois rayons du Parti communiste de la Charente, le 6 juin 1926, se constitua à Angoulême un comité antifasciste, Quéré en devint le secrétaire, Réthier le trésorier, Berger Raymond, des Jeunesses communistes, le trésorier adjoint. Quéré assista au IVe congrès de la CGTU (Bordeaux, 19-24 septembre 1927).
Il quitta le Parti communiste en 1928 pour rejoindre le groupe de la Révolution prolétarienne. Vers 1930, il était secrétaire de l’Union locale CGTU d’Angoulême.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article7833, notice QUÉRÉ André, Émile, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 10 mars 2012.

SOURCES : Arch. Nat. F7/13104, 13106, 13584. — Arch. Dép. Gironde, 1 M 577.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément