HAMET Pierre, Eugène, Marie

Né le 20 décembre 1920 à Brou (Eure-et-Loir), mort le 1er octobre 1993 au Havre (Seine-Maritime) ; typographe ; permanent de la JOC (1945-1947), syndicaliste CGT, militant du MPF, de la Nouvelle Gauche, de l’UGS, du PSU puis du PS.

Pierre Hamet était le fils de Paul Hamet, directeur d’assurances, et d’Eugénie née Legrand, sans profession. Ses parents de Pierre Hamet étaient nés dans une ferme mais son père avait dû quitter son exploitation après la Première Guerre mondiale, en raison d’une amputation du bras. Il travailla cependant toute sa vie dans le milieu rural et avec des cultivateurs. La mère était profondément croyante et pratiquante, à la différence du père qui, bien que croyant, ne fréquentait pas l’église. Titulaire du certificat d’études primaires, Pierre Hamet prépara le brevet pendant deux ans avant d’entrer en apprentissage comme typographe au Journal de Brou. Il y resta de décembre 1935 à janvier 1943.

Habitué du patronage catholique de Brou, il entra dans un cercle d’études en 1935 et devint responsable d’une équipe de jeunes ouvriers qui fondèrent une section de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), sous le contrôle du permanent Jean Rigal*. En janvier 1943, les Allemands l’envoyèrent à Cherbourg travailler sur le chantier de la Todt où il fit connaissance de l’abbé Lohier, vicaire au Roule, nommé aumônier des Requis. Muni de faux papiers, Hamet quitta les chantiers pour mettre en place un foyer des Requis, couverture pour une organisation jociste. C’est là qu’il vécut le débarquement et le siège de Cherbourg au cours duquel plusieurs de ses camarades furent tués.

Permanent de la fédération jociste de Cherbourg à la Libération, il fut appelé à Paris par le secrétariat général de la JOC et intégré dans l’équipe de la Normandie. Hamet quitta cette fonction lors de son mariage le 9 juin 1947 avec une institutrice du Loiret, Marie-Jeanne Pourriot. De cette union célébrée à Patay (Loiret) naquirent cinq enfants (Marie 1949, Claire 1952, Paul 1954, François 1955, Luc 1963). Il s’installa au Havre et trouva du travail dans l’imprimerie confectionnant les deux journaux locaux. Il ne la quitta qu’en mars 1981 pour partir en pré-retraite. Pendant cette période, il avait occupé de nombreuses fonctions syndicales : élu CGT au comité d’entreprise à partir de 1949 ; membre du bureau du syndicat CGT du Livre du Havre ; secrétaire pour la Presse ; membre du bureau régional de Normandie du Livre ; à partir de 1970, secrétaire du collectif syndical du groupe Hersant ; administrateur de la Caisse d’allocations familiales du Havre.

Parallèlement, Pierre Hamet milita avec sa femme au Mouvement populaire des familles (MPF) dont il fut secrétaire départemental. Il participa à la naissance de la Nouvelle Gauche au Havre, de l’UGS (1957-1960) puis du Parti socialiste unifié (PSU) avant de rejoindre le nouveau Parti socialiste.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article88760, notice HAMET Pierre, Eugène, Marie, version mise en ligne le 19 août 2010, dernière modification le 2 février 2012.

SOURCES : Arch. JOC. — Renseignements fournis par Pierre Hamet, le 25 février 1981. — Notes d’Éric Blouet. — État civil de Brou.

ŒUVRE : Ceux de Cherbourg, Le Havre, 1987, 170 p. dactyl.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément