GUILLON Prosper

Par Claude Pennetier, Dominique Tantin

Né le 4 mars 1880 à Charbonnières (Charente-Inférieure, Charente-Maritime), fusillé comme otage le 21 septembre 1942 au camp de Souge, commune de Martignas-sur-Jalle (Gironde) ; militant communiste ; résistant FTPF en Charente-Maritime.

Fermier communiste, Prosper Guillon avait repris « Les Violettes », ferme familiale de sa femme, Aminthe Marie, née Auger, aidés par leur fils Jean et leur belle-fille Yvette Marcelle, née Sardet, qui habitaient avec eux, dans la commune de Sainte-Sévère (Charente), non loin de Cognac.
Il participa aux FTP avec son fils. Ils dissimulèrent des armes récupérées au dépôt d’armes allemand des carrières de Jonzac et ils hébergèrent deux résistants bordelais, les époux Dupeyron, Elisabeth et Albert, qui vinrent chercher des armes le 27 juillet pour les FTP.
Le 28 juillet 1942, deux cents Allemands investirent la ferme, arrêtèrent la famille Guillon et le couple Dupeyron, et découvrirent les armes.
Prosper Guillon fut violemment interrogé au fort du Hâ pour obtenir des informations sur les caches d’armes. Il fut passé par les armes comme otage avec son fils Jean le 21 septembre 1942.
Sa femme Marie Aminthe, après avoir transitée par Cognac, le fort du Hâ puis Romainville, fut déportée à Auschwitz par le convoi du 24 janvier 1943. Enregistrée sous le matricule 31 729, elle y mourut le 26 février. Sa belle-fille Yvette, matricule 31730, connut le même sort le 16 mars 1943.
À titre posthume, Prosper Guillon reçut la médaille de la Résistance française ainsi que la Médaille militaire (comme combattants volontaire de la Résistance).
Une stèle fut érigée par le PCF près de la ferme "Les Violettes" à la mémoire de cette famille décimée, et inaugurée le 24 juillet 1949. Elle porte l’inscription suivante :"A la Mémoire des Martyrs de la Résistance 1940-1944. Membres du parti communiste français. Arrêtés le 28 juillet 1942. Victimes de la barbarie fasciste. Leur sacrifice n’est la propriété de personne. L’hommage de tous leur est dû." Elle fut deux fois vandalisée. "Une plaque (rouge) à peu près similaire est apposée au-dessus du caveau familial des Guillon, dans le cimetière de Sainte-Sévère avec, en médaillons, les portraits d’immatriculation à Auschwitz d’Aminthe et Yvette Guillon, offerte par : « Leurs camarades de la section communiste de Cognac, et leurs amis »" (Site Mémoire vive).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article89282, notice GUILLON Prosper par Claude Pennetier, Dominique Tantin, version mise en ligne le 23 septembre 2010, dernière modification le 8 janvier 2018.

Par Claude Pennetier, Dominique Tantin

SOURCE : Comité du souvenir des fusillés de Souge, Les 256 de Souge, op. cit., p. 126. – Site du camp de Souge.— Mémoire vive des convois des 45000 et 31000, Marie Aminthe Guillon née Auger. — Memorial Genweb

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément