LÉRAUT Antonin [LHERAULT ou LÉRAULT]

Par Jean-Pierre Besse

Né le 10 juillet 1905 à Lusigny (Allier), fusillé le 8 octobre 1943 à Saint-Jean-de-la-Ruelle (Loiret) ; menuisier ; résistant au sein des FTPF.

Antonin Léraut
Antonin Léraut
Fourni par les Archives Municipales de Vierzon.

Fils d’un journalier, Antonin Léraut se maria à Vierzon en juin 1927 avec Charlotte Tieulin. Domicilié à Vierzon-Bourgneuf (Cher), conseiller municipal communiste de Vierzon, il fut interné à Saint-Paul d’Eyjeaux d’où il s’évada en juin 1942 et entra dans les FTP en décembre 1942.

Fin 1942 ou début 1943, Maurice Jenot fut nommé commissaire politique interrégional des Francs-tireurs et partisans (FTP) de l’inter 23 (Loiret, Loir-et-Cher, Cher, Nièvre et Indre-et-Loire). Les deux autres membres du triangle étaient Charles Terrenoire et Antonin Leraut, nommé le 4 avril 1943, commissaire technique régional, pseudonyme Tonin, André et Michel.

Il avait organisé, entre autres, l’attentat manqué contre Marcel Déat le 9 mars 1943 à Arbourse (Nièvre), qui provoqua une vague de 38 arrestations organisée par le SPAC (Service de police française anticommuniste) dans le Cher et la Nièvre.

Antonin Léraut fut arrêté par la police mobile d’Orléans le 4 avril 1943, le jour même de sa nomination dans le triangle régional, en même temps que Charles Terrenoire, puis le 5 avril, Guy Dartois, commissaire militaire régional d’Indre-et-Loire, qui avait abattu avec Max Thenon deux feldgendarmes à Romorantin en mai 1942.

Antonin Leraut, domicilié à Vierzon Bourgneuf, fut condamné à mort par le tribunal militaire allemand de la Feldkommandantur 589 d’Orléans pour « activités communistes » le 1er octobre 1943 , lors d’un procès de dix-huit résistants.

Le 8 ctobre 1943, les dix-sept résistants du groupe Chanzy furent fusillés au champ de tir des Groues, en chantant la Marseillaise et en criant "Vive la France".
Antoine Lerault a été inhumé sous le numéro 12 dans le cimetière d’Ingré.
A la demande du préfet régional, le tribunal de la Feldkommandantur fit savoir, le 23 octobre 1943, les noms correspondants aux numéros des tombes réparties dans quatre cimetières, les communes d’Ormes, Saran, Chaingy et Ingré.

Leurs corps furent exhumés en novembre 1944 et remis à leur famille.

Un hommage fervent des fusillés des Groues se perpétue.

Il existe une rue Antonin-Leraut à Vierzon.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article89601, notice LÉRAUT Antonin [LHERAULT ou LÉRAULT] par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 6 octobre 2010, dernière modification le 13 septembre 2018.

Par Jean-Pierre Besse

Antonin Léraut
Antonin Léraut
Fourni par les Archives Municipales de Vierzon.

SOURCES : DAVCC, Caen. — Arch. Dép. Cher, 1 W. — André Chêne, [Ceux du groupe Chanzy], 1993 .— Jean-Claude Martinet, Histoire de l’Occupation et de la Résistance dans la Nièvre, 1940-1944 Dijon : Éd.universitaires de Dijon, 2015.452p.— État civil. — Note de Guillaume Bourgeois.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément