Le réseau du maitron

Association Alsace mémoire du mouvement social (ALMEMOS)

Almémos a pour objet de contribuer à l’élaboration, la rédaction et la diffusion du Dictionnaire biographique du Mouvement social 1940-1968, d’encourager et de développer les recherches scientifiques autour de l’histoire du monde ouvrier et du mouvement social en Alsace, de favoriser la conservation des documents et archives les concernant, de faciliter, dans un cadre plus large, les initiatives concernant l’histoire sociale et politique de l’Alsace contemporaine.

Association pour la Mémoire Ouvrière et Industrielle du bassin creillois (AMOI)

L’Association pour la Mémoire Ouvrière et industrielle du bassin creillois a pour objectifs : d’agir pour la mise en valeur et la préservation du patrimoine social et économique du bassin d’emploi ; de recueillir, étudier et publier les témoignages de l’activité ouvrière et industrielle de la région ; d’organiser des visites, conférences, débats et, plus généralement, toutes manifestations portant sur la mémoire ouvrière et industrielle du bassin creillois ; de favoriser l’implantation d’un centre de ressources, d’interprétation et de valorisation de cette histoire.

Association pour l’Histoire des militants associatifs et syndicaux de l’éducation (HIMASE)

L’association a pour objectifs de développer et valoriser par des initiatives éditoriales et médiatiques la présence des personnels de l’éducation dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français ; d’élaborer et mettre à jour une bibliographie et une base de données documentaire sur l’histoire du syndicalisme enseignant et universitaire ; d’agir auprès du ministère de l’Éducation nationale et du CNRS pour qu’ils développent des recherches sur l’histoire du syndicalisme enseignant et universitaire.

Pour un Maitron des fusillés et exécutés (PMFE)

L’Association Pour un Maitron des Fusillés et Exécutés (PMFE) a été fondée en 2015 pour soutenir la recherche historique autour des victimes de la répression sous l’Occupation (répression allemande, italienne et vichyste). Une centaine d’historiens de la France entière collaborent à la rédaction des biographies de ces victimes, résistants exécutés et civils massacrés entre 1940 et 1944.